samedi 16 décembre 2017

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec l'auteure Claudine Chollet !


Je crois vous l'avoir déjà dit, mais en ce moment mes semaines me font l'effet de montagnes russes... Si j'accumulais les soucis, désagréments, déconvenues et autres mauvaises nouvelles sur le plan personnel, j'ai toujours gardé en tête cette philosophie pleine d'optimisme du célèbre Buster Moon (Oui oui... Le Koala directeur de théâtre dans "Tous en Scène"... Grande référence culturelle ! ^^) : "Tu sais ce qu'il y a de bien quand on a touché le fond ? C'est qu'il ne reste plus qu'une issue. On doit remonter !" Alors j'ai râlé, serré les dents... Mais surtout je n'ai rien lâché... Et comme il ne faut jamais baisser les bras, j'ai aujourd'hui décidé de me divertir !
C'est donc en direct live de Disneyland Paris (Oui oui... Je suis mono-passionnelle, ce qui n'exclut pas pour autant quelques incartades pseudo-culturelles ! ^^) que je m'apprête à vous offrir un nouvel article dans le cadre de ma petite rubrique préférée, pour laquelle je pars régulièrement à la rencontre d'auteurs et autres acteurs essentiels au monde littéraire, ceci afin de vous révéler leurs lectures et le lecteur qui sommeille en chacun d'eux... Un principe, une règle, un rituel que je me dois de respecter tant il me tient à coeur, tant il me plaît !
Le postulat de départ étant posé, laissez-moi donc vous parler de la personne que nous allons recevoir aujourd'hui ! Nombreuses en effet sont les raisons pour lesquelles je souhaitais tant la voir se prêter au jeu de mes petites questions indiscrètes ! C'est dans le cadre du Prix des auteurs inconnus que je suis tombée sur le roman de cette auteure particulièrement charmante... Un tome 7 de mémoire, mettant en scène un savoureux personnage répondant au doux nom de Polycarpe... J'accrochais immédiatement à cette intrigue, malheureusement les sélections en décidaient autrement... Malheureusement ? Pas sûr... Car un coup de coeur nous était permis et c'est sans hésiter que mon choix s'orientait sur celui-ci... C'est ainsi que j'entrais en contact avec cette auteure fort sympathique, laquelle me proposait très gentiment, non pas celui-ci précisément mais bien plutôt l'exemplaire que je voulais... Et quoi de mieux pour une série que de commencer par le commencement ? Je dérivais donc de "La Parenté des Hannetons" vers "Le Vieux Logis", premier opus des aventures du sieur Polycarpe... Dont je ressortais totalement conquise ! Un lien très fort s'étant dès lors noué, l'auteure me confiait très généreusement le deuxième tome de la série... Pour un coup de coeur bis repetita !
Alors poussée par mon petit coeur de lectrice passionnée, je me mettais en tête, non seulement de mettre en jeu un exemplaire papier des premières aventures de ce cher Polycarpe à l'occasion de mon concours de Noël, mais aussi de solliciter l'auteure pour la soumettre à ce petit défi littéraire... Un défi qu'elle a bien volontiers relevé, avec enthousiasme et rapidité, ce dont je lui suis extrêmement reconnaissante !
Ceux qui côtoient déjà Polycarpe Houle l'ont sans doute reconnue ! Mes amis j'ai l'immense honneur et le plaisir d'avoir pu recueillir les petites confidences littéraires de Claudine Chollet !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses… Bonne lecture !  
Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m'appelle Claudine Chollet et je suis écrivaine. Très vite je me suis orientée vers le genre policier, mais l'intrigue criminelle n'est finalement qu'un fil rouge au profit des personnages que je mets en lumière. C'est dans cette optique que j'ai créé la série "Polycarpe", laquelle s'enrichit d'un titre environ tous les deux ans. Mes titres sont disponibles en version papier comme en version numérique, mais aussi en audio-livres pour les malvoyants sur le site de la Bibliothèque Sonore. Je suis également à l'initiative de "Polar sur Loire", un salon du roman policier en Val de Loire.

Petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ? 
Je ne lis pas de façon régulière… Quand un livre me plaît, je le dévore, ce qui n’arrive pas si souvent. Je suis assez difficile sur le style. Un roman doit happer mon attention avec son écriture, avant l’histoire. Je m’ennuie à la lecture de certains prétendus bestsellers qui me paraissent enregistrés au dictaphone et bourrés de lieux communs. Un livre doit être bâti comme un film, avec des plans de coupe, des angles de vue, des couleurs particulières, une respiration, un regard…
Quel a été votre premier coup de cœur littéraire ? Et le dernier ?
Quand nous étions petits, vers 5 ou 6 ans, notre mère, institutrice, nous lisait chaque soir un chapitre de "Sans famille" de Hector Malot. Nous pleurions à chaudes larmes sur les malheurs du petit orphelin.
"Frappe-toi le coeur", le dernier roman d'Amélie Nothomb est peut-être mon dernier coup de cœur… Après une longue période de déceptions. Je n’aime pas la littérature dite "engagée" ou qui développe des thèmes de société, qui exploite des idéologies, car j’assimile cela à du journalisme. Je possède tout un petit troupeau d’auteurs que j’ai préférés à divers âges de ma vie, et aucun n’efface l’autre : Colette, Marguerite Duras, Anton Tchékhov, Guy de Maupassant, Virginia Woolf, Honoré de Balzac, Gustave Flaubert
Y a-t-il un livre/auteur qui vous a poussée à écrire ? Quel a été votre déclic ?
La découverte de la série des chats de Lilian Jackson Braun a créé un déclic : j’ai compris qu’on pouvait écrire des romans dits "policiers" sans violence, sans flics, sans voyous, et qu’une intrigue avec des crimes pouvait servir à mettre en évidence des caractères humains, et à rendre plus attachants des gens comme on en voit tous les jours.
Quel livre auriez-vous rêvé d’écrire ? 
Le "Décaméron" de Boccace. C’est une fiction géniale qui réunit dix personnes (cinq hommes et cinq femmes) dans un lieu isolé (Fiesole en Toscane) pendant dix jours (pour échapper à l’épidémie de peste qui ravage Florence en 1348), chacun devant raconter une histoire chaque jour sur un thème choisi, ce qui fait 100 histoires, ou 100 nouvelles tragiques, comiques, humoristiques, burlesques, moralisatrices… C’est un régal.
Si vous deviez comparer votre vie à un roman, lequel serait-ce ? 
Ce serait "La promenade au phare" de Virginia Woolf, à cause de la vision de l’artiste peintre qui voudrait rendre le bonheur sur sa toile, saisir la lumière, et qui n’y parvient que le jour où tout le monde a disparu…
Quel est votre livre de chevet ? Et celui qui cale votre bibliothèque ? 
J’ai toujours un livre de Balzac en cours. J’en lis des passages, c’est comme prendre une dose de calcium, ça reconstitue la charpente mentale.
Celui qui cale la bibliothèque peut changer, ça peut être un roman de Marc Lévy ou Guillaume Musso : oubliés sitôt lus.
Que nous préparez-vous pour votre prochain roman ? 
Je travaille sur le 8ème "Polycarpe". Il a un titre provisoire : "Le dernier clou du cercueil". Je voudrais évoquer l’absurdité de l’héritage quand les membres d’une famille se détestent, écrit un peu à la façon humoristique des frères Cohen au cinéma… Mais pour réussir un roman, il faut entrelacer plusieurs thèmes, il m’en manque encore un…

Un petit mot pour la fin ?
Je bénis les blogueurs et les blogueuses, les réseaux sociaux et tous les progrès du numérique qui permettent à la romancière que je suis, éditée par ma propre petite maison d’édition, de développer un lectorat fidèle, de découvrir des gens qui aiment ce que j’écris, et d’avoir la reconnaissance de mon travail : Merci !
Voilà donc quelle lectrice se cache derrière cette formidable auteure dont il me tarde désormais de découvrir la suite des aventures de Polycarpe Houle, charmant et truculent personnage auquel je me suis déjà profondément attachée. Chez moi le hasard fait souvent bien les choses, preuve en est de cette rencontre virtuelle à côté de laquelle je serais sans doute passée si Claudine Chollet n'avait pas participé aux sélections du Prix des auteurs inconnus... S'ensuit une belle aventure... Qui n'en est qu'à ses débuts me concernant, je vous l'assure... Je la remercie très chaleureusement d'avoir accepté ma folle proposition littéraire, me permettant ainsi de vous la présenter sous un angle différent !
A votre tour désormais de rencontrer Claudine et Polycarpe dans le petit village pittoresque de Rochebourg ! Ils vous y accueilleront avec joie en compagnie de leurs voisins et amis ! Pensez à leur passer le bonjour de ma part, ça fait toujours plaisir ! Et ne cherchez pas le chemin bien loin, c'est par ICI ! Mais si vous souhaitez découvrir mes chroniques le concernant avant de prendre la route, c'est juste LA :

Chroniques 2017 \ Polycarpe - Tome 2 : Le pigeon noir de Claudine Chollet


Un délicieux polar à savourer : "Polycarpe - Tome 2 : Le pigeon noir" de Claudine Chollet, aux éditions Tutti Quantti et disponible sur Amazon.
Le pitch : Ce pigeon noir serait-il un oiseau de mauvais augure lorsqu'il vient à se poser sur le toit de Polycarpe en cette période de fêtes de fin d'année ? On pourrait se le demander puisqu'il arrive dans le même temps qu'un incendie détruit la propriété de la famille Santerre, tandis que des agressions se multiplient et viennent gâcher les animations spécialement organisées pour Noël... Il n'en faut pas plus à Polycarpe pour s'intéresser à l'affaire et assurer la résolution d'une nouvelle énigme...
J'ai décidément choisi mon moment pour plonger dans ce charmant petit polar cosy dont seule Claudine Chollet semble avoir le secret ! Découverte dans le cadre du Prix des auteurs inconnus, c'est par logique que j'optais pour la lecture du premier tome des aventures de ce très cher Polycarpe... Une idée bien judicieuse tant celui-ci m'a plu ! Et si ma lecture du tome 2 était d'ores et déjà envisagée, c'est finalement son adorable auteure qui me l'offrait, tout simplement par sympathie... Un geste fort généreux qui m'a beaucoup touchée... Mais bien vite l'émotion laissait place à l'impatience de retrouver mes truculents Rochebourgeois dans leurs nouvelles aventures !
Car retrouver Polycarpe dans le pittoresque village de Rochebourg, c'est un peu comme rentrer à la maison, enfiler ses chaussons et s'installer dans son fauteuil par une calme soirée d'hiver au coin du feu, les épaules entourées d'un plaid en compagnie d'un thé bien chaud et de quelques gourmandises chocolatées...
Retrouver Polycarpe au coeur d'une intrigue bien ficelée, c'est retrouver une ambiance digne des meilleurs romans d'Agatha Christie ou d'une partie de Cluedo, à la fois tranquille et mystérieuse, c'est retrouver un certain flegme so British d'un enquêteur pas comme les autres pour avoir été vétérinaire par le passé, jouant les apprentis détectives en compagnie de ses amis lorsqu'une énigme vient à pointer le bout de son nez...
Retrouver Polycarpe et ses amis, c'est aussi retrouver les siens tant ils nous ont manqué depuis leurs dernières aventures, parce qu'ils sont aussi attachants qu'allumés, parce qu'ils sont aussi bienveillants qu'immanquables... Si un pigeon vient s'inviter à la fête, n'oublions pas que Polycarpe est un ancien vétérinaire... Alors un pigeon, ça lui parle... Voilà pourquoi, encore une fois, il s'empare du mystère pour investiguer en long, en large et en travers, bien décidé à lui faire cracher le morceau avant l'arrivée du mot fin...
Retrouver Polycarpe née de la plume de Claudine Chollet, c'est aussi retrouver une écriture particulièrement fluide et agréable à lire, empreinte d'humour et de légèreté tandis que l'intrigue défile sous nos yeux avides qui ne voient pas passer le temps tant le livre se lit avec facilité... C'est retrouver un style tout à fait original pour une intrigue plutôt rurale voire bucolique tandis qu'une ombre vient quelque peu noircir le tableau, un pigeon noir peut-être, pour lancer Polycarpe à l'aventure...

En bref, retrouver Policarpe dans ce tome 2, c'est s'assurer un excellent moment de lecture... Avant de se lancer dans le tome 3 !

jeudi 14 décembre 2017

Classique-moi... Si tu peux ! \ Le Père Goriot de Honoré de Balzac


Mazette ! Le temps passe si vite que je ne m'étais pas aperçue que nous étions déjà jeudi ! Un jour béni pour nos petits rendez-vous littéraires ! Un jour que j'attends pourtant avec impatience, tant il me tarde de vous retrouver pour vous parler lecture de 1001 façons différentes ! Et pourtant je n'ai réalisé mon impardonnable oubli que ce soir... J'en suis fort navrée et vous remercie d'avoir encore un peu de patience... Tranquillement posée devant France 3 diffusant "Les Rivières Pourpres", le temps de rédiger et ce dernier article de l'année pour cette rubrique sera à vous !
Après avoir compulsé toute la presse littéraire jeudi dernier avec mon compagnon Franck, nous nous retrouvons aujourd'hui pour bouquiner classique ! Taratata mes chers amis, restez donc avec moi, cela ne vous coûtera que quelques minutes de votre temps... Alors installez-vous confortablement dans votre fauteuil accompagnée d'une petite tisane ou de ce que vous voulez... Et laissez-donc Roseline vous parler d'un classique à (re)découvrir...
Qui mieux que ma mère pourrait en effet vous parler des classiques dont les titres figurent en grand nombre dans sa bibliothèque ? Si j'ai rarement accroché aux titres qu'on me proposait durant ma scolarité, je l'ai bien souvent regretté et aujourd'hui encore je reste convaincue que ce n'était seulement pas le bon moment... Raison pour laquelle j'ai sollicité cette grande férue de littérature classique qu'est ma mère pour vous rallier à notre petite équipe de passionnées !
Si ce roman n'a pas su me convaincre durant mes jeunes années, j'ai sans doute fait preuve d'injustice en entendant ma mère en parler... Je lui cède donc la place pour vous parler du "Père Goriot" de Honoré de Balzac !

Bon... De quoi ça parle ?
Le Père Goriot est pensionnaire de la Maison Vauquer depuis six ans. Il dilapide sa fortune pour régler les dettes de ses filles, Anastasie de Restaud et Delphine de Nucingen, pourtant mariées à de riches partis. L’ambitieux Eugène de Rastignac, son voisin de chambrée, est un noble désargenté venu faire son droit à Paris. Quand il apprend la situation, il est ému par le vieil homme et décide de lui apporter son aide tout en profitant de ses relations et en séduisant sa fille Delphine. Ainsi, pourra- t-il conquérir la haute société parisienne.
"J'ai trouvé une idée merveilleuse. je serai un homme de génie", s'exclame Balzac au moment où il écrit Le Père Goriot. Il venait d'imaginer La Comédie humaine, ce cycle romanesque dans lequel les mêmes personnages réapparaissent d'un roman à l'autre. Il venait de créer un monde, le monde balzacien. Les plus beaux romans, dit André Maurois, sont des romans d'apprentissage. Les illusions de la jeunesse s'y heurtent au monde féroce et pourtant plein de délices. L'amour devient coquetterie, la vertu s'achète, l'argent ruine tout. Seule la passion balzacienne, ici l'amour paternel, résiste, dévorante et implacable. "Le Père Goriot" est la clef de voûte d'une œœuvre géniale.

 
Et... Qui l'a écrit...?
Né à Tours le 20 mai 1799, Honoré de Balzac est un écrivain, critique, essayiste, journaliste et imprimeur français à l'origine d'une es plus imposantes œuvres de la littérature française, regroupant plus de 90 écrits, réunis sous le titre de la "Comédie Humaine", parus entre 1829 et 1855. Il voulait montrer la vie dans toute sa réalité et ses détails tandis que ses personnages pouvaient réapparaître d'un livre à un autre. 
S'il est donc essentiellement connu pour ses romans réalistes tels que "Le Père Goriot" ou "Eugénie Grandet", il a cependant exploré bien des genres de sa plume, du roman philosophique (Le chef d'œuvre inconnu) au roman fantastique (Peau de chagrin) en passant par le roman poétique (Le lys dans la vallée).
Il a également écrit des articles dans différents journaux puis dirigé deux revues qui fermeront suite à une faillite. Seulement sa santé précaire conjuguée à des investissements douteux et de nombreuses liaisons féminines le mèneront à mourir couvert de dettes... Dans un Palais situé à Paris le 18 août 1850.
Il n'en reste pas moins l'un des auteurs les plus lus, admirés et adaptés de l'Europe, inspirant par ailleurs bon nombre d'auteurs tels que Gustave Flaubert, Emile Zola ou bien Marcel Proust.
 
Ok... Et pourquoi le (re)lire...?
Alors je ne vais pas vous mentir, je l'avais pour ma part lu au lycée à la demande ma professeure de Français... Seulement je n'en garde pas un souvenir mémorable, bien plutôt long et déprimant... Des propos dont ma mère s'offusque tant ce roman lui a plu... Sans doute étais-je trop jeune pour en appréhender l'intérêt et la magie... 
Car ma Maman Roseline vous parlera bien plutôt d'un roman magistral et bouleversant, contant la vie d'un vieil homme vivant chichement, dépérissant dans une petite pension parisienne, préférant sacrifier jusqu'au dernier de ses deniers pour le bonheur de ses filles alors même que ces dernières sont pourtant mariées à des partis bien lotis et qu'elles n'ont pour lui par une once de reconnaissante, refusant même de le recevoir pour éviter qu'on ne les voie ensemble... De fait nous sommes ici face à un personnage tout simplement magnifique, émouvant, attendrissant et pour lequel notre peine ne connaît plus aucune limite...
Et pourtant ce n'est pas vraiment ce vieux bonhomme qu'on suit, le percevant bien plutôt par ce que les autres protagonistes en disent. Non nous suivons en vérité le jeune Eugène de Rastignac, son voisin de chambrée, lequel découvre la vie parisienne, ses codes et ses mondanités, accessibles pour peu qu'on puisse en payer le(s) prix.
En réalité ce roman nous livre force détails au travers de minutieuses et impressionnantes descriptions de l'environnement de l'époque, au point qu'on laisse l'intrigue s'installer, se lancer avant de se laisser porter et emporter par cette histoire particulièrement touchante en même temps qu'elle nous dévoile une impressionnante réalité, quand bien même celle-ci pourrait s'avérer triste scandaleuse ou dérangeante...
 
 
Alors, ce classique... On se le lit...?
Pour Roseline il est indispensable de laisser sa chance à cette œuvre majeure, tant de l'auteur que de son époque et de son genre, sans doute le roman le plus significatif et le plus touchant de cette "Comédie Humaine" si chère à l'auteur. Ce n'est pas pour rien si bien d'autres auteurs qui ne sont plus à présenter s'en sont inspirés... Il est donc temps de redorer le blason scolaire de ce cher Balzac en lui accordant nos faveurs littéraires, en lui laissant sa chance de gagner nos cœurs de lectrices et lecteurs passionnés parce que le Père Goriot ne mérite pas de finir tout seul, prisonnier solitaire enfermé entre ces pages... Et parce qu'il est assuré que vous en ressortirez chamboulé, vous ne manquerez pas de renouveler l'expérience en découvrant d'autres titres appartenant à la "Comédie Humaine !" 

Enfin... Un dernier mot pour vous convaincre...?
Il est grand temps de revoir notre copie pour offrir une seconde vie au Père Goriot comme à Balzac. Ne nous fions pas à nos souvenirs aigris, surtout frustrés de ne pouvoir lire ce qu'on souhaitait alors... Alors on saisit l'occasion de se plonger dans ce roman, les versions en sont multiples, vous en avez pour tous les prix, et même gratuit si vous vous dirigez par ICI ! Et si sa taille vous impressionne, ne vous faites donc pas de bile : Ce roman existe en version abrégée comme en version audio... Succès assuré alors qu'attendez-vous désormais ?
 
 

Chroniques 2017 \ L'Arménien de Carl Pineau


Un polar hors du commun : "L'Arménien" de Carl Pineau, publié chez Librinova et disponible sur Amazon.

Le pitch : Nantes, 22 décembre 1989. Le corps sans vie de Luc Kazian est retrouvé en forêt, perforé de deux balles et en partie calciné. Celui qu'on surnommait l'Arménien était bien connu comme un trafiquant de stupéfiants actif sur le marché nantais... Mais pas seulement. C'était aussi un ami toujours partant pour une virée... C'était aussi un orphelin déraciné de ses origines pour arriver en France... Qui d'autre encore ? N'est-il pas nécessaire de connaître celui qu'on a tué pour découvrir celui qui l'a tué...?

Je regrette sincèrement de vous livrer résumé si médiocre... Seulement voilà un roman noir qui ne se laisse pas si aisément révéler, préférant sans doute le regard fébrile du lecteur entre ses lignes pour lui dévoiler toute son ampleur et son originalité... Un polar sur lequel je me suis donc penchée dans le cadre des sélections du Prix des Auteurs Inconnus et que je suis ravie de voir dans la sélection finale, me permettant ainsi d'en faire la lecture...

Quoiqu'un peu lent au démarrage, l'auteur ne perd pourtant pas de temps pour nous plonger directement dans l'intrigue. Un homme défavorablement connu des services de police est retrouvé assassiné dans d'effroyables circonstances. Immédiatement le lecteur mord à l'hameçon et se laisse ainsi embarquer par l'auteur au coeur même des bas fonds nantais dans les années 1980, une période qu'il restitue à la perfection, tant et si bien qu'on s'y croirait, nous offrant dès lors une plongée particulièrement captivante, presque hypnotique. Construite de manière subtile et atypique, l'auteur ne s'est finalement pas lancé dans une enquête classique avec le policier dans le rôle principal, lui préférant plutôt les proches du défunt pour faire revivre ce dernier au moyen de brillants flashbacks et autres souvenirs, tout en y intégrants quelques évènements majeurs de cette décennie, alternant dès lors les points de vue comme les époques pour nous faire remonter le fil de l'histoire et comprendre ce qui a bien pu conduire notre victime jusqu'à la morgue. Si on peut avoir quelques soupçons quant à l'identité du coupable, on n'en reste pas moins ému lors du dénouement qui nous cloue le bec au point final...
Mais si ce roman frappe autant, c'est surtout parce que la galerie des personnages que nous avons là est toute aussi inhabituelle que le roman en lui-même. Si nos protagonistes s'avèrent aussi différents qu'assez peu attachants en tant que tels, il n'en reste pas moins qu'il sont foncièrement intéressants et permettent finalement de redonner vie à la victime...Car au-delà de ces deux-là c'est bien plutôt le personnage principal omniprésent par son absence, tel un fantôme qui n'est jamais bien loin et laisse passer les années comme les souvenirs en attendant son heure... Si on ne peut parler d'affection pour celui-ci, on éprouvera un certain attachement à son égard, de sorte qu'on tiendra tout particulièrement à découvrir qui est son meurtrier...
Mais si les époques comme les registres de langues sont admirablement mis à contribution, c'est aussi parce que la plume est particulièrement fluide, soignée, travaillée, le style tout à fait remarquable de qualité pour un moment de lecture mémorable.

En bref un polar dont on ne parvient pas à décrocher avant d'en avoir terminé, marquant par sa singularité !
 
Plus d'infos sur l'auteur ? C'est par ici : 

Plus d'infos sur le Prix des auteurs inconnus auquel il participe ? C'est par là :  

mercredi 13 décembre 2017

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec Isabelle, fondatrice du Salon "Seille de Crime" à Arraye et Han

Sentez-vous mes chers amis ce froid qui s'installe dans nos régions ? Ces flocons de neige qui s'étalent aussi bien sur nos montagnes que sur nos routes ? Ces sapins enguirlandés qui poussent un peu partout comme de savoureux champignons endimanchés ? Ces illuminations qui font briller nos cités de mille feux ? Ces marchés et leurs chalets qui s'animent au coeur de nos centre-villes, distribuant vin et marrons chauds à qui veut se réchauffer ? Tandis que la magie de Noël s'empare peu à peu de chacun de nous, la fin de l'année approche à grands pas et avec elle mes congés... Un petit retour à la montagne... Je n'ose encore y penser...
Aussi je préfère me focaliser sur cette rubrique qui me tient tant à coeur depuis ses débuts et pour laquelle je sélectionne les meilleurs, toujours ravie que je suis de vous présenter bon nombre d'auteurs et autres bonnes âmes essentielles à notre petit monde littéraire, ceci afin de vous dévoiler leurs lectures et le lecteur qui sommeille en chacun d'eux... Le principe étant rappelé, il est grand temps de s'y atteler !
Parce que vous commencez à me connaître, vous savez désormais que je ne connais aucune limite quand il s'agit d'assouvir ma passion pour la lecture... Imaginez donc mon enthousiasme quand j'entends parler de quelqu'un d'au moins aussi passionné que moi, si ce n'est bien plus... Vous voyez d'ici le tableau ? Forcément ça m'envoie des paillettes plein la tête et des étoiles plein les yeux ! Autrement dit mes chers amis, je connais bien peu la personne que je m'apprête à vous présenter... Je la connais bien peu mais j'en ai entendu parler... J'en ai entendu parler et qu'en des termes fort élogieux... Aussi me suis-je donc renseignée... Et si certains aiment Batman et d'autres Superman, j'ai pour ma part trouvé mon héroïne à Arraye et Han ! Une Supernana du Polar, une Wondergirl du Salon qui répond au doux nom d'Isabelle Cerutti ! Et pas besoin de porter un slip sur un collant ridicule pour m'épater : La mienne est capable d'organiser un Salon du Polar avec de grands noms du genre au coeur d'un village de 400 habitants... N'est-ce pas que ça vous la coupe ? Tant d'audace, de courage, de volonté et de détermination pour créer "Seille de Crime" ne pouvait que forcer mon respect et gagner mon admiration...
Malheureusement... Si j'écume les salons et rencontres littéraires à longueur d'année... Cet évènement tombait malheureusement le week-end de mon anniversaire, mais surtout après le Salon du Fantastique, la Foire de Brive, celui de Melun puis de Creil outre trois passages à la librairie Martelle... Autant vous dire que mon banquier a mis ma tête à prix et qu'en cette période de Noël je suis toujours activement recherchée... Je m'avoue donc vaincue pour cette année... Pour autant je ne pouvais pas laisser filer pareille occasion d'interviewer mon héroïne... Je me suis donc armée de courage, ai pris ma plus belle inspiration avant de me lancer à l'assaut du clavier pour la contacter... Et c'est avec joie que je l'ai vue accepter ma folle proposition, ce dont je lui suis extrêmement reconnaissante !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses... Bonne lecture !


Peux-tu te présenter, ainsi que le Salon dont tu es la fondatrice, en quelques mots ?
Isabelle, 34 ans, chargée d’études en Ressources Humaines, passionnée des livres et plus particulièrement du polar.
Créatrice du Salon du Polar "Seille de Crime", dans le petit village d’Arraye et Han, entre Nancy et Metz. La 1ère édition a eu lieu en 2015. C’est un salon qui a vocation à avoir lieu tous les 2 ans, car nous ne sommes que des bénévoles et puis il faut trouver les partenaires. Un an et demi de travail …
Quelle place tient la lecture dans ta vie ?
J’adore les livres et lire. J’en lis beaucoup. Ça peut varier de deux par semaine à aucun en ce moment... Depuis septembre, impossible de lire. Au bout de dix pages je n’accroche pas et je rage … Car je sais que le livre est bon...Il faut savoir faire des pauses.
Y a-t-il un livre/auteur qui t'a poussée à créer ce Salon ? Comment t'est venue cette idée, et quel a été ton déclic ?
J’ai passé quelques années dans les Hauts de France où j’ai découvert Franck Thilliez en 2004, quand est sorti "Train d’enfer pour Ange rouge". Depuis je n’ai plus décroché du "polar".
Là-bas, j’y ai sillonné plein de petits salons.
De retour en 2010 en Lorraine, je me suis dit: "Et pourquoi pas moi ? Dans mon petit village de 300 habitants ?". J’ai gardé au chaud cette idée dans un coin de mon cerveau, elle a mûri pendant quelques années. Pendant ce temps, j’allais dans d’autres salons, je rencontrais des auteurs, des blogueurs …
Et puis mi 2014, LET’S GOOOO !! J’en ai parlé aux élus de la Commune, aux auteurs, aux ami(e)s.
On s’est lancé dans l’inconnu pour la 1ère édition en 2015, on a eu peur que le succès ne soit pas au rendez-vous et puis… On est en 2017 et on a eu notre 2ème édition il y a quelques semaines !
Existe-t-il, selon toi, une recette idéale pour écrire un bon polar/thriller ? Si oui, laquelle ? 
La recette idéale… Je ne sais pas s’il y en a une. Mais à partir du moment où les auteurs se mettent à la place des lecteurs lors de l’écriture, où il y a une bonne dose de suspense, de l’adrénaline…

Quel a été ton premier coup de cœur littéraire ? Et le dernier ?
Mon premier coup de cœur, là où le polar est arrivé dans ma vie : "Train d’enfer pour ange rouge" de Franck Thilliez. Le dernier, il s'agit du roman : "Le Purgatoire des Innocents" de Karine Giebel il y a quelques mois. Je n’en ai pas dormi plusieurs nuits pour le lire, avant comme après pour le digérer.
Quel est ton livre de chevet ? Et celui qui cale ta bibliothèque ?  
Je n’ai pas de livres préférés car beaucoup de livres me marquent profondément. D’autres livres me marquent moins. Mais aucun livre ne cale ma bibliothèque, j’ai trop de respect pour chaque auteur, chaque livre pour faire ça. Les auteurs mettent du temps, de l’énergie pour écrire chaque titre. En sachant ça, je vais jusqu’au bout du livre.
Si tu devais comparer ta vie à un roman, lequel serait-ce ? 
Désolée, mais je n’ai aucun titre de livre en tête pour résumer ma vie, je ne retiens pas et j'ai une très mauvaise mémoire...
Quel personnage de roman aurais-tu adoré rencontrer ?
Lucie Hennebelle, dans les romans de Franck Thilliez : Une écorchée vive de la vie, qui s’est battue pour se reconstruire… Tout comme moi…
Y a-t-il une sortie littéraire que tu attends avec impatience ?  
Oui ! "Le Cheptel" le 17 janvier 2018 de Céline Denjean. Accrochez-vous, ça va être une tuerie !!!
Un petit mot pour la fin ?
Merci à toi de m’avoir accordé cette interview. Merci à toutes les personnes qui sont venues à la 2ème édition de "Seille de Crime".
Si vous avez un rêve, il faut y croire et foncer pour le réaliser ! La preuve, j’ai réalisé le mien par ce Salon...
Voilà donc quelle lectrice se cache derrière cette demoiselle aussi sympathique que fantastique, passionnée au point de réaliser pareil exploit à l'aide de sa seule détermination conjuguée à ses petits bras musclés, exploit qu'elle a su produire et reproduire pour une deuxième édition cette année, exploit qu'elle va renouveler dans deux ans... D'ici là mon banquier m'aura sans doute oubliée pour me permettre de m'y rendre ! Encore une fois je la remercie très chaleureusement de s'être prêtée si volontiers au jeu de mes petites questions indiscrètes pour nous offrir cette interview passionnante avant de pouvoir la rencontrer en vrai !
Et si jamais un passage à Arraye et Han vous tente en novembre 2019, sachez que vous obtiendrez toutes les informations nécessaires ICI... Sans oublier que "Seille de Crime" est aussi sur Facebook, juste LA ! On se donne rendez-vous à Arraye et Han dans deux ans ? Chiche !

mardi 12 décembre 2017

Bouquinist Park \ Du côté de chez Laura : Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne

La vie parfois a des allures de montagnes russes... Je me vois encore ployer sous le poids des difficultés rencontrées ce week-end... Mais alors que la neige déferle sur différentes régions de France, mon horizon personnel semblerait vouloir se dégager... Profitons-en pour remonter un peu plus haut sur l'échelle du bonheur avant de dégringoler...
Et quoi de mieux pour se satisfaire que de réaliser un nouvel article en compagnie de mes chers mordus de lecture que sont ma meilleure amie Laura, mon compagnon Franck et ma chère maman Roseline ? Car seul... On va plus vite... Mais ensemble... On va plus loin ! Aussi ai-je sollicité depuis quelques mois déjà mes serial lecteurs afin d'ouvrir cette nouvelle rubrique en leur compagnie et vous présenter... Non pas mes lectures cette fois-ci, mais plutôt les leurs... Prenant dès lors la plume en leur nom pour partager avec vous leurs coups de cœur pour des auteurs que je ne connais pas toujours ou des livres que je n'ai pas forcément lus...
Alors en avant mes amis pour cette ultime session de l'année ! On prend les mêmes et on recommence avec ma meilleure amie Laura, laquelle a pioché un fabuleux classique pour finir 2017 en beauté ! Je ne vous en dis pas plus à ce stade et la laisse vous présenter "Le tour du monde en 80 jours" de Jules Verne !
Ce que dit la 4ème de couverture...
"En 1872, un riche gentleman londonien, Phileas Fogg, parie vingt mille livres qu'il fera le tour du monde en quatre-vingts jours. Accompagné de son valet de chambre, le dévoué Passepartout, il quitte Londres pour une formidable course contre la montre. Au prix de mille aventures, notre héros va s'employer à gagner ce pari."
Laura a aimé... Oui, mais pourquoi ?
Et bien... La seule mention du nom de Jules Verne devrait vous suffire... Non ? Bon, effectivement ça manque un peu d'argumentaire, alors je m'explique : Tout comme moi, Laura adore Jules Verne et toute son œuvre, en particulier le "Voyage au centre de la Terre"... Si elle en a certainement lu tout un tas, elle n'avait pas encore découvert celui-là... Je suis d'accord avec vous, c'est surprenant... Mais entendre ses collègues évoquer leur prochain voyage au Futuroscope lui a rappelé "L'extraordinaire voyage", la dernière attraction ouverte au sein du Parc, justement inspirée de l'univers de cet auteur... Il n'en fallait pas plus à Laura pour extraire ce petit classique des profondeurs de sa PAL en vue d'en explorer son histoire...
Un tour du monde en 80 jours... En voilà un pari fou pour l'époque... Mais pourtant le très flegmatique Philéas Fogg ne s'en laisse pas conter et se lance dans l'aventure sans sourciller en compagnie de son fidèle Passepartout... Sans oublier le lecteur... Car il faut bien peu de personnages à Jules Verne pour emporter et transporter ce dernier dans la folle aventure ! Et c'est en leur compagnie qu'il voyage à travers le monde, découvre maints pays, cultures et civilisations, vit moult péripéties durant cet audacieux périple... Le parcours est semé d'embûches mais Philéas Fogg ne se laisse pas abattre et le lecteur non plus... Il se prend même au jeu, décompte les jours, veille à respecter les délais qu'ils se sont fixés... Oui, oui car il vit pleinement l'aventure plutôt que la lire, et c'est là toute la magie de cette plume merveilleuse... Car au final Jules Verne est un auteur facile d'accès qui se lit tout seul tant il sait immédiatement captiver l'attention... Ajoutons à cela une certaine modernité dans le style et la façon de voir les choses et nous aurons Jules Verne et son œuvre pour un auteur finalement intemporel...
Résumons-nous pour terminer...
On ne va donc pas se leurrer : Laura est tout simplement fan de cet auteur passionnant, fascinant... Je la comprends tout à fait puisque je partage complètement son point de vue. Jules Verne était un auteur intelligent, cultivé et visionnaire... Il avait plus d'un tour dans son sac et plus d'une idée en tête... Raison pour laquelle en dépit de son ancienneté il reste toujours d'actualité. Au-delà de ce roman, quelques-unes de ses œuvres ont même fait l'objet d'adaptations cinématographiques, preuve s'il en est que l'auteur n'a décidément pas fini de nous faire rêver, à l'écrit, en image ou ailleurs...
Si vous souhaitez désormais vous (re)plonger dans l'œuvre du grand Jules Verne, en commençant par ce roman ou un autre si vous le souhaitez, il n'y rien de plus facile : Rendez-vous directement dans l'une de vos librairies préférées, procurez-vous un exemplaire ou offrez-en un : C'est bientôt les fêtes !

Chroniques 2017 \ Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon d'Elsa Gallahan


Parce qu'une histoire d'amour n'est belle qu'avec quelques turbulences... "Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon" d'Elsa Gallahan, disponible dès aujourd'hui chez Bookelis et notamment sur Amazon.
 
Le pitch : Installée à Langres depuis sept ans après avoir difficilement suivi ses parents pour un déménagement professionnel, Cassandra est une princesse Geekette de 22 ans qui masque son manque de confiance en elle et son histoire personnelle derrière un foutu caractère et une tendance à la gaffe du plus bel effet ! Surtout lorsque cette animatrice en centre de loisirs accueille une nouvelle enfant répondant au doux nom de Juliette accompagnée de son Papa... Le pantalon baissée en direct live des toilettes...
 
Avant toute chose je tiens à m'excuser du retard que j'ai pu prendre s'agissant de mes services presse... Mais il me tardait tant de retrouver la plume de ma très chère Elsa que mon petit coeur et moi-même n'avons pas pu attendre plus longtemps qu'immédiatement pour enfin me plonger dans cette nouvelle histoire... Et lire un nouveau roman d'Elsa équivaut pour moi à une tartine de Nutella : On n'y résiste pas !
Je dois pourtant vous avouer que c'est avec une certaine appréhension que je me suis lancée... On dit certes "Jamais deux sans trois"... Pour autant Elsa avait su ravir mon coeur par deux fois déjà... Saurait-elle réaliser ce petit miracle une troisième fois, alors même que ce titre m'interpelle... A ce moment précis j'hésite à vous dévoiler le fonde ma pensée... Alors... Laissons planer sur vous une once de suspense avant de vous dévoiler le grand secret...
 
A l'ombre de mon âme de lectrice passionnée, la charmante et adorable Elsa a su se poser, s'installer et tisser son nid à coup de plume et de pages... La belle et douce nymphe geekette a ainsi quitté son dragon pour endosser de nouveau son costume d'indomptable Fée Lire pour rejoindre d'autres contrées et genres littéraires et nous offrir ce roman feel good, petit bijou d'amour délicieusement prenant...
C'est donc par un titre fort intriguant que l'auteure nous lance au coeur d'une aventure aussi fraiche et colorée où l'amour n'est jamais acquis et doit se gagner à force de courage et persévérance. Sous couvert d'une apparente légèreté, l'auteure envisage des thèmes pourtant très sérieux et tout à fait d'actualité, en les traitant avec respect, pertinence et sensibilité. Mais au-delà de ces sujets très intéressants, l'auteure nous livre surtout une savoureuse histoire d'amour qui relève davantage du parcours du combattant pour l'audacieux prétendant. Si le malheureux n'est pas au bout de ses peines pour conquérir la belle, le lecteur est quant à lui tout à fait conquis ! Face à tant de savoureux quiproquos et autres truculentes péripéties, il va passer du rire aux larmes, s'esclaffer avant de s'émouvoir... Autrement dit vivre pleinement cette histoire, la ressentir par chacun de ses sens et de toute son âme... Avant d'en ressortir... Le sourire aux lèvres mais un pincement au coeur... Parce qu'il aurait bien aimé faire encore un bout de chemin en compagnie de nos protagonistes...
Car incontestablement Cassandra et Eric constituent l'âme même de ce roman... On se doute qu'ils vont nous donner du fil à retordre à la minute même où on les rencontre... Et pourtant on ne peut que s'attacher à deux-là... Tantôt exaspérants... Tantôt attendrissants... Chacun a son histoire, ses secrets, ses faiblesses, ses blessures... Les plus profondes étant souvent celles qu'on ne voit pas à l'œil nu... Et pourtant chacun va représenter la force de l'autre... Alors bien sûr ils ne sont pas parfaits, surtout notre héroïne avec son caractère de merde et son langage fleuri... Et pourtant qu'elle me plaît ! Sans doute parce que je lui ressemble par certains aspects, notamment ces deux-là... ils ne sont donc pas parfaits, c'est même sûr... Ca tombe bien, ils sont humains, proches de nous... N'est-ce pas là exactement ce qu'on attendait ?
Mais surtout... Surtout quel bonheur de retrouver cette plume qui me plaît tant... Empreinte de beauté, de finesse de sensibilité... Réussissant l'exploit d'allier poésie à quelques gros mots et... Nom d'un Schtroumpf en salopette de Mario ! D'y insérer des surnoms tout simplement truculents ! Qui aurait cru qu'on puisse en effet passer du Veuf Joyeux à Ricky la belle vie et de Castagnette à... Cassolette...?
 
En bref, j'ai encore tant à vous dire sur ce roman qu'il est sûrement préférable de m'arrêter là... Comme un coup de baguette magique, ma Fée Lire m'a une fois de plus envoûtée dès la première page tournée, incapable que j'étais de lâcher ce roman avant d'en avoir atteint la dernière ligne... Le coeur serré de quitter l'aventure... Mais ravie de l'avoir vécue... Elsa, j'espère bien que tu me donneras des nouvelles de ces deux-là car ils vont beaucoup me manquer...